(1/2) Refaire sa garde-robe après bébé

Mon style et mon corps ont beaucoup changé en quelques années. Il y a à peine six ans, j’étais célibataire et étudiante à l’université. Je m’habillais surtout dans les boutiques de fast fashion. Aujourd’hui, je suis maman et enseignante dans une école privée. Mon mode de vie a énormément changé! Mon rapport à la mode aussi, donc j’ai beaucoup privilégié l’achat ou l’échange de linge seconde main, ou encore l’achat ponctuel de vêtements locaux ou plus éthiques. Résultat: ma garde-robe de 2020 était très éclectique (pas dans le bon sens) et plusieurs morceaux ne correspondaient plus à mon corps ou à mon style de vie.

Un ménage suivi d’une séance de magasinage s’imposaient. Pour ne pas rater mon coup et m’assurer que ma nouvelle garde-robe serait adaptée pour les prochaines années, j’ai décidé de réaliser un rêve que j’avais depuis un bon moment et j’ai fait appel à une styliste personnelle, Julie B. Styliste. Mais avant de vous parler de ma super expérience avec elle dans un autre article, laissez-moi vous dévoiler les étapes de mon processus.

Réfléchir sur mon rapport au corps

Avant de renouveller complètement mon style vestimentaire, j’y ai pensé longtemps. Mon rapport à mon corps était central dans cette réflexion. Je vous partage un texte de Steph dans lequel sa pensée rejoint totalement la mienne:

View this post on Instagram

J'ai commencé à paqueter mes choses en mars, au tout début de la pandémie histoire de m'occuper l'esprit. En vidant mes boîtes aujourd'hui, j'ai réalisé que plusieurs morceaux ne me faisaient plus. J'ai pris du poids. Pas un p'tit 5lbs d'enflure de menstruations. J'ai pris de la médication pour mon anxiété et y'avait ça comme effet. L'affaire c'est que je me trouve belle avec mon nouveau tissu adipeux J'ai maintenant des boobies (*) (*), ça gigote quand je marche et j'ai abandonné officiellement le port des cages à boules. Y'a toujours la petite Steph de 15 ans, anorexique, qui me rempli la tête de pensées noires comme quoi je dois être mince. Quand j'ai essayé mes shorts de l'an dernier, j'ai un peu paniqué mais au lieu de les garder dans un tiroir en me donnant comme objectif de rentrer dedans un jour, j'ai pris un sac et je les ai crissées dedans. Je ne rentrerai peut-être plus jamais dedans pis c'est correct. Mon corps change, ma mentalité aussi et je veux être le meilleur modèle pour mes filles. Finalement, j'ai décidé de faire le grand ménage et de me libérer de tous ces vêtements que je gardais de façon masochiste et malveillante. Je ne suis pas ici pour me plaindre car je sais que mon corps correspond tout de même aux standards de la société mais plutôt pour donner un espoir à toutes ces fxmmes qui ont dû se battre contre un trouble alimentaire. Ça ne part jamais vraiment à 100% mais c'est possible de le tasser dans un coin assez loin pour comprendre que le bonheur n'est pas à 10 lbs près.

A post shared by @ ma_banlieue on

Pour ma part, j’ai pris du poids à la suite de ma grossesse. Neuf mois après mon accouchement, j’ai perdu quelques « kilos de bébé », mais je ne suis pas revenue à ma taille initiale. Et c’est correct comme ça. Pour moi, il était clair que je ne ferais pas d’efforts particuliers pour perdre du poids. L’activité physique et l’alimentation qui font partie de mon quotidien sont liées à ma santé et ne sont jamais chiffrées. D’ailleurs, je n’ai même pas une idée précise du poids que j’ai pris pendant ma grossesse, parce que je ne me pesais pas avant…

Malgré mes convictions et mon rapport sain à mon corps, tout autour de moi me crie le contraire. Oui, les médias vehiculent la culture des diètes, mais mes proches aussi. Je ne peux pas leur en vouloir, la génération de mes parents a baigné dans celle-ci depuis son enfance. Une culture où dire qu’on ne mange pas de pain ou de dessert est bien vu… C’est pour cela que mon conjoint reçoit des compliments suite à une perte de poids directement liée à une période de stress intense qui l’a rendu bien malheureux… Et que moi, qui vis les plus beaux moments de ma vie en congé de maternité, « je ne dois pas m’en faire, un jour ma taille d’avant va revenir »… Je ne peux même pas imaginer à quel point cela doit être difficile pour celles et ceux qui ont une histoire de trouble alimentaire.

D’autres diront que je fais bien d’accepter mon corps avec mes traces du passage de la vie. J’ai envie de répondre que non, ce n’est pas mon « nouveau corps », ni mon « corps de maman ». C’est mon corps. Point. C’est normal qu’il change et évolue avec le temps! Je l’aime comme ça et j’apprécierais que vous validiez ma façon de passer.

Même si j’étais jeune quand ma mère a eu mon petit frère, je me souviens des efforts absurdes qu’elle avait faits pour perdre les livres qu’elle avait pris: crème anticellulite et enrobage de ses jambes avec de la pellicule plastique, programme Weight Watchers et calcul de tout ce qu’elle mangeait… Non merci pour moi. Je ne suis pas à 10 ou 20 livres de mon bonheur.

C’est pour ces raisons que je me suis dit que je referais ma garde-robe en célébrant le corps que j’ai maintenant. Avec des vêtements confortables et stylés.

La suite dans un prochain article!

Ma première sortie avec bébé, j’étais tellement fière! Mais pour le style, on repassera! Mettons qu’il n’y avait pas grand-chose qui me faisait à ce moment-là et que je voulais être confortable et au chaud à la fois…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :