Tenir l’école à bout de bras ou comment l’éducation spécialisée est bien plus qu’une vocation

À qui de droit,

Je le sais bien que vous ne lirez probablement jamais ce billet mais j’ai ce besoin viscéral de sortir ce poids qui me – qui nous – pèse sur les épaules et ce, depuis trop longtemps.

J’entame présentement ma 14ème année comme technicienne en éducation spécialisée dont 12 dans le milieu scolaire. Comme bien des milieux au Québec, l’éducation a été durement touchée dans les dernières années commençant par les coupures massives des postes en soutien, la fermeture de bon nombre de classes, le manque important de personnel et le flagrant manque de reconnaissance pour notre profession qu’encore trop de gens qualifient de vocation.

vocation

nom féminin

(latin vocatio)

  • 1. Destination privilégiée ou naturelle de quelque chose, de quelqu’un, d’un pays, d’un groupe, du fait de sa nature, de ses caractéristiques : La vocation touristique d’une région.Synonymes :but – destination – mission – objectif – rôle
  • 2. Inclination, penchant particulier pour un certain genre de vie, un type d’activité : Avoir la vocation du célibat. Avoir une vocation artistique.Synonymes :goût – inclination – passion – pente
  • 3. Acte par lequel Dieu prédestine tout homme à un rôle déterminé, qui constitue sa fin personnelle, en particulier destination, appel au sacerdoce ou à la vie religieuse.

Larousse

Mon cell est mort

On nous qualifie quotidiennement de « Saintes », on se fait dire : « je ne ferais pas ta job » ou pire : « c’est une vocation ». Je comprends ce que les gens veulent dire et tout part d’une bonne intention comme le dirait ma chum Mélanie mais une fois l’appel passé, on fait quoi? J’ai écrit bon nombre de billets sur le sujet, sur le manque de reconnaissance, l’absence de considération bref, le sentiment de toujours se sentir entre deux chaises à faire son possible dans des conditions plus que dépassées.

Tired Mondays GIF by MOODMAN - Find & Share on GIPHY

Pourquoi sommes-nous autant à bout de souffle? Je tenterai d’être concise mais il y a tellement de choses à dire que je ne sais même pas par où commencer. J’écoutais la radio l’autre jour et l’animateur avait comme invité.es 3 enseignant.es pour parler de la situation actuelle dans les écoles de la province: l’augmentation en flèche des élèves en difficultés dans les classes dites ordinaires, l’épuisement de leurs collègues et l’incessante pression d’en faire plus avec moins. Le « moins » c’est nous autres. Je suis témoin, depuis des lunes, qu’on parle des technicien.nes en éducation spécialisée à la troisième personne et pourtant quand on sonde pour trouver la solution, c’est de notre profession dont il est question.

Mais où sont les TES

Pour votre info, l’acronyme TES est fréquemment utilisé pour remplacé le titre de technicien.ne en éducation spécialisée.

Quand on nous a gentiment montré la porte en 2015, bon nombre d’éducateur.rices spécialisé.es se sont soit réorienté.es, dirigé.es vers une autre organisation ou, comme bien des professionnel.les du milieu de la santé, ont opté pour le privé. Lorsque j’ai intégré le réseau de l’éducation, il y a une dizaine d’années, on m’a offert un remplacement de 18 heures pour ensuite avoir accès à des postes de 13 heures, de 20 heures pour ensuite obtenir 30 heures de façon permanente. J’ai la chance d’avoir ma petite entreprise en sideline pour compenser mais ce n’est pas la réalité de tous.tes qui sont pour la plupart des femmes et des mamans qui ne peuvent se contenter de ce salaire. Ces dernières doivent ainsi compléter en surveillant des dîners – à un taux horaire nettement inférieur au salaire des TES-, faire des heures au service de garde si elles sont qualifiées ou toute autre tâche connexe qui permettra d’arrondir les fins de mois. On parle ici de professionnel.les formées sans qui les écoles ne tiendraient pas drettes.

Au-delà de la grande difficulté à avoir accès à un poste à temps plein, la non reconnaissance de notre formation dans le milieu de l’éducation pèse autant que le manque de piastres sur notre slip de paye. J’assistais à une formation la semaine dernière où la formatrice nous expliquait que chacune des évaluations passait par une équipe multi sur laquelle siège différent.es professionnel.les dont des technicien.nes en éducation spécialisée alors qu’en éducation, on nous utilise pour décorer l’agora, faire des photocopies ou, au risque de me répéter, toute autre mauzus de tâche connexe.

Nous avons notre propre expertise, nous sommes formé.es et passionné.es mais aussi dépassé.es par la situation critique qui nous est tombée dessus dans les dernières années. Quand allons-nous être invité.es lors de discussions importantes surtout lorsque nous faisons partie de la solution, quand allons-nous être entendu.es quand vient le temps de jaser de nos conditions et surtout, quand allons-nous être reconnu.es à la hauteur de notre travail et ce, au-delà de la vocation.

Je me sens souvent comme le p’tit mouton noir qui croit en l’inclusion scolaire, qui croit au potentiel des élèves, de tous.tes. les élèves mais je n’ai pas la tête dans le sable non plus. Ça ne fait pas de sens d’avoir un.e éducateur.ice qui ne fait qu’éteindre des feux, qui n’a aucun moment pour la prévention et qui se fait appeler dans un walkie talkie à la journée longue.

Deux mois de congé par année

Je suis fatiguante mais j’ai également écrit sur le sujet il y a quelques années mais je sens d’autant plus le besoin de me répéter.

Avec tout mon respect, nous tenons l’école à bout de bras mais disons que nos poignets tremblent et que le plancher de l‘escuela commence à s’effriter.

Vous pouvez également suivre Ma banlieue sur Instagram

Un commentaire sur “Tenir l’école à bout de bras ou comment l’éducation spécialisée est bien plus qu’une vocation

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site Web propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :