Moi, Dallas Green et Ste-Thérèse

Près de trois jours ont passé et je suis encore sur un nuage. Le festival Santa Teresa a déposé une bombe en annonçant cet hiver la venue du chanteur ontarien, Dallas Green connu plutôt sous le nom de City and Colour. J’ai rencontré pour la première fois l’artiste au Vans Warped Tour de 2004 alors qu’il performait sur la petite scène avec son groupe Alexisonfire. J’ai eu la chance d’avoir une photo avec lui à sa grande surprise et d’avoir fait autographier un chandail par le band complet à l’époque où il ne pouvait s’imaginer le succès planétaire qu’il allait avoir.

Ce n’est que quelques temps plus tard que mon amour pour lui a grandi alors que j’entendais pour la toute première fois son album Sometimes qui reste à ce jour mon préféré de tous les temps. Depuis, j’assiste à tous les concerts qu’il donne dans un rayon de kilomètres acceptable. L’ayant vu autant au festival Osheaga à l’extérieur qu’au Centre Bell et à la maison symphonique de la Place des Arts , vous comprendrez mon enthousiasme face à l’annonce de sa venue dans ma rive-nord d’amour à l’Église de Ste-Thérèse.

Petite ville collégiale mythique où il fait bon de prendre un verre au Cha cha ou un café en mangeant une célèbre galette à l’avoine du CEGEP Lionel-Groulx, c’était hors de doute l’endroit idéal pour recevoir un festival de la sorte. Les organisateurs du festival ont visé juste quant à la localisation et les artistes présentés dans le cadre de leur première édition. Patrick Watson, Safia Nolin, The Franklin Electric, City and Colour et toute la magnifique brochette d’artistes ont su rendre cette expérience un nouveau must pour les années à venir. Sold-outs en quelques minutes voir secondes, Santa Teresa a bien joué ses cartes quant à l’engouement face à ce nouvel événement banlieusard. Proche du train, les montréalais habituellement réticents de traverser le pont vers le nord ont migré le temps d’un weekend dans les Laurentides. Pour ma part, femme de banlieue, je n’ai pas de mots pour décrire le bonheur que j’ai eu en ne prenant que quelques minutes pour me rendre à un festival de musique intéressant et différent comparativement au reste du temps que je dois me prévoir deux heures de déplacement vers le festival des cônes oranges.

Bref, une première réussie pour Santa Teresa et un autre point de gagné pour promouvoir notre belle banlieue! Chapeau à toute l’équipe

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :