Bonne rentrée?

Je viens tout juste de terminer d’étiqueter les 12 millions d’effets scolaires de mes enfants. Par chance, iels sont rendu.e.s respectivement en 1ère et 3ème année ce qui veut dire que je peux récupérer certains items des années précédentes mais j’ai tout de même fini ça en sueur. Je comprends les duo-tangs de couleur et les centaines de crayons à mine aiguisés mais de passer d’un coffre à crayons rigide à souple d’une année à l’autre selon les demandes est la p’tite goutte qui fait déborder mon vase de charge mentale déjà bien plein. Je me trouvais bien hot d’avoir tout acheté au début de l’été mais disons que j’ai proscrastiné la suite et que je me suis tout de même retrouvée à rusher la veille de la rentrée. On dirait que c’est comme un passage obligé de courir après les gourdes d’eau, les cartables et les souliers de course d’intérieur qui ne font pas de marque idéalement avec des velcros.

Pourquoi c’est si éprouvant la rentrée scolaire?

Hormis l’effervescence de savoir qui sera le/la titulaire des minis et quel.le.s ami.e.s seront dans leur classe, l’envers du décor de la rentrée scolaire est tout sauf tranquillou peu importe si on s’est pris très ou pas du tout à l’avance. J’ai vu une image cette semaine passer concernant la charge mentale du retour en classe des enfants et je ne jamais rien vu d’aussi accurate; les listes qui ne finissent plus de finir, les dizaines de courriels, les changements de code, de mots de passe, les accès à Classroom, Class Dojo, Seesaw, les dépenses sans oublier la grève des transporteurs, la pénurie d’enseignant.e.s et l’essoufflement du personnel qui se fait déjà sentir.

Un article de Devoir à lire: Des groupes « fermés » sur fond de pénurie de profs

Je me rappelle plus jeune à quel point j’adorais ce moment de l’année où tout sentait le neuf; les souliers, les nouveaux kits de vêtements et le thermos de Barbie qui allait garder mon dîner au chaud – du moins pour les premiers mois d’école. Maintenant que je suis une maman, j’apprécie encore ce retour à la routine et le p’tit magasinage des vêtements d’automne mais l’anxiété et la surcharge d’informations dans un si court laps de temps me tirent tellement de jus.

Comment on peut faire pour atténuer cette charge pour les parents et de rendre le tout plus simple et accessible? Je suis privilégiée de pouvoir aisément me procurer les effets scolaires de mes enfants, de pouvoir me déplacer, de payer les nombreux coûts qui y sont reliés et d’avoir le temps surtout mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Je me sens dépassée par la situation et je travaille dans le milieu alors le jargon et les demandes mes sont familiers alors je ne peux m’imaginer une infirmière qui fait du TSO à ne plus finir ou une personne qui a récemment immigré.

Je n’ai malheureusement pas de solution et ma tête est sur le point d’exploser tellement elle est pleine mais je pense sincèrement qu’on devrait tous.tes se pencher sur la question car à voir mon réseau en ce moment, l’année s’annonce rushante.

Youcan Do It Pop Tv GIF by Schitt's Creek - Find & Share on GIPHY

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Un site Web propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :