Travailler menstruée, une réalité loin d’être évidente.

Je me rappelle encore la première fois que j’ai eu mes menstruations. Je venais tout juste d’avoir dix ans et dès les premiers saignements, j’allais entamer une vie ( à l’exception de deux grossesses) où mois après mois, j’allais y passer quelques jours en extrême souffrance. Régulièrement, mes parents devaient venir me chercher à l’école parce que je me retrouvais en boule à l’infirmerie de l’école. Des journées où je manquais de la matière importante, des examens et où un de mes parents perdait une journée de salaire.

Crédit: Claudia24/Pixabay

Habituellement, j’ai la chance d’être régulière et de pouvoir prévoir mes activités en fonction de mon cycle mais d’autres fois, le sang se met à couler par surprise et m’empêche de continuer ma journée. Je vais toujours me rappeler la fois où j’étais à Amsterdam avec un sac à dos au début de ma vingtaine, dans un hostel moyennement bien coté avec une surprise menstruelle en pleine nuit. Je n’avais ni antidouleurs, ni serviettes, sweet fuckall. Je devais checker out tôt, traverser la ville, visiter le musée Van Gogh et prendre mon vol vers Londres en fin de journée. Je pensais littéralement mourir. Je vomissais de douleur, je me suis endormie dans un parc et j’avais l’air d’une épave sur les bancs du musée. C’était d’un chic fou.

Crédit : Giphy

J’aimerais dire que rendue à 30 ans les choses se sont améliorées mais non. Encore hier, j’étais avec mes filles au Village du Père Noël et j’ai dû quitter l’activité pliée en deux, les bobettes toutes tachées. J’ai perdu plusieurs jours de salaire cette année à cause de la douleur reliée à mes règles, et je suis loin d’être la seule. « Bin la, t’as juste à prendre des Tylenols », si c’était si simple, je ne serais certainement pas en train de me plaindre en ce moment. Pour des raisons médicales, je ne peux prendre d’anti inflammatoires. Ainsi, pour calmer les crampes, je dois prendre trois Tylenols extra forts aux 4 heures et ce, au début des premiers symptômes sinon je suis faite à l’os. Je ne sais pas si vous savez mais ce n’est crissement pas évident d’être alerte, efficace et disposée à travailler quand son corps est aussi mal en point et lourdement médicamenté.

Crédit: Giphy

Je vois souvent passer sur Facebook, des articles sur des congés pour les menstruations et honnêtement, ce n’est pas bête du tout. Combien de femmes, simplement dans mon entourage,vivent mensuellement la même situation que moi et qui perdent des opportunités d’avancement, des journées de salaire et vivent des jugements parce qu’une fois par mois, elles souffrent à s’en vomir les tripes. Alors, je vous invite à être indulgents et à laisser tomber vos commentaires car c’est une réalité pénible que plusieurs de nous vivrons jusqu’à la ménopause, où nous échangerons nos menstruations contre des chaleurs, de la sécheresse et des problèmes de mémoire. Nice hein!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :