Maman retourne à l'école…pour les quatre prochaines années.

Crédit: Pixabay

C’est arrivé pendant une escapade à New York avec mon amoureux. Notre premier long week-end sans les enfants. Je ne sais pas si c’est la frénésie de la ville ou le trop plein de caféine qui me brouillait l’esprit, mais c’était décidé : j’allais retourner à l’université! J’imagine que sans sac à couches à traîner, sans poussette à trimbaler et sans 2 toddlers à gérer, j’ai enfin eu le temps de penser à moi et à ce que je voulais vraiment faire dans la vie. Alors, entre 2 bouchées de dumplings, j’en ai glissé un mot à mon chum et il m’a dit : « Go! Fais-le! Ça fait tellement longtemps que tu en parles! ». J’allais enfin faire le métier que je voulais. J’allais devenir enseignante… dans 4 ans!

Crédit: Giphy

De retour dans ma petite maison de banlieue avec ma job, mes bébés et la routine qui reprenait son cours, le projet semblait moins réalisable qu’en vacances. Comment faire pour tout concilier? L’aspect financier m’angoissait, mais jamais autant que le manque de temps. J’allais devoir étudier, faire mes travaux, travailler à temps partiel, être une maman et une conjointe. Je suis la pro de l’organisation, mais je sentais que les journées allaient être trop courtes pour accomplir toutes mes tâches. Je n’avais alors parlé de mon projet à personne de mon entourage. Je les entendais déjà d’ici me rappeler que j’avais 31 ans, une carrière, un baccalauréat en poche et 2 jeunes enfants. Puis, alors que j’allais déjà abandonner mon idée de fou, j’en ai glissé un mot à mes parents et à mes amis proches. Coup de théâtre, ils m’ont tous appuyé, offert de l’aide et m’ont même qualifiée de courageuse (what?!) Par la suite, ça a déboulé; je suis allée passer une journée dans une école pour valider ma décision, j’ai été admise au baccalauréat et j’ai déniché un emploi parfait à temps partiel me permettant de travailler de la maison. T’sais, quand tout se place!

Vous devez vous dire que je dois DÉTESTER mon travail pour recommencer à zéro et retourner sur les bancs d’école pendant 4 longues années. Eh bien pas du tout. Est-ce que je regrette le choix de carrière fait il y a 10 ans? Non plus. J’ai été entrepreneure et je suis fière du chemin parcouru. J’ai pu travailler à temps partiel, prolonger mes congés de maternité et concilier travail-famille. J’ai aimé ma job, mais est-ce que ça signifie que je veux faire ce métier jusqu’à ma retraite? Non. J’ai d’autres rêves, d’autres ambitions et je me donne le droit de les réaliser. C’est qu’il y a 10 ans, je ne connaissais rien des enfants, ni de l’enseignement et je n’ai même jamais considéré devenir enseignante. Comme une personne qui se découvre une passion pour le yoga ou le piano sur le tard, je me suis découvert une passion insoupçonnée pour les enfants et ce, à la fin de la vingtaine. Et vous savez quoi? Je sais que je vais être une super enseignante!

Plus je vieillis, plus que je réalise que la vie est courte et qu’il n’y a pas de temps à perdre pour faire ce qu’on aime. Si je dois travailler jusqu’à 65 ans, autant être dans un domaine qui me passionne. « Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie. » qu’ils disaient, hein? Alors en septembre, université, here i come!

Crédit: Giphy

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :