L'attaque du mouche-bébé

Dès le premier éternuement, je le savais, le rhume était ENCORE chez nous. J’haïs ça de la visite de même qui débarque sans s’annoncer. S’il m’avait appelé, je lui aurais dit de rester chez lui. Mais non, il s’était bien installé dans le corps de ma toddler. L’éternuement a rapidement fait place à la congestion, au déluge nasal, à la fièvre et à la toux bien grasse. Je l’ai tout de suite vu dans ses yeux, ceux qui sont toujours espiègles étaient devenus vitreux. Rien ne peut trahir le feeling d’une maman.

Crédit: Giphy

À 2h30 am, sa petite voix éraflée criait mon nom et je savais que la nuit était finie. L’affaire est que du moment que le Advil fait effet, une méga dose d’adrénaline semble être injectée dans le corps de l’enfant qui se met à péter le feu et surtout à ne plus vouloir dormir pantoute! Là je ne parle pas de la bataille du mouche-bébé VS l’enfant. C’est l’équivalent de lui proposer de jeter tous ses jouets aux poubelles. Je pense qu’elle choisirait haut la main cette option avant de se faire aspirer toutes les muqueuses du nez. Pendant ce temps-là, le parent sait que ça va faire du bien, mais négocier avec un adulte de 3 ans ne mène à rien.

Crédit: Giphy

Une fois que la première journée est passée, la fièvre tombe et l’énergie est revenue à son max mais il ne peut pas retourner à la garderie parce qu’il laisse un chemin de morve derrière lui. Il faut donc trouver des activités calmes mais pas trop, courir après avec le Purell pour éviter qu’il contamine le plus jeune et le tout en paniquant encore parce que voir son enfant malade est la pire chose au monde même quand il va un peu mieux.

La deuxième nuit n’a pas été mieux que la première, j’ai passé un bon moment avec elle dans la salle de bain, la douche bouillante qui coulait question de créer de la vapeur pour ses petits poumons fragiles. Mes pores étaient tellement dilatés que j’aurais pu me faire un facial. Elle se demandait vraiment ce que je faisais à gaspiller autant d’eau alors que je lui demande de fermer le robinet entre ses brossages. J’essaye tout; le Vicks en-dessous des pieds, la vapeur, du bouillon de poulet et même les suppositoires.

Mais bon, c’est un dur moment et ce n’est que le début de la saison mais ce n’est tellement rien en même temps que j’aime mieux y trouver un peu d’humour et me dire que je vais les prendre avec un grain de sel ses 50 rhumes par année.

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :